En Lecture

1-54 MARRAKECH: VOYAGE AU COEUR DE TROIS EXPOSITIO...

1-54 MARRAKECH: VOYAGE AU COEUR DE TROIS EXPOSITIONS D’ART

Oeuvre de Fatiha Zemmouri au Comptoir des Mines Galerie

Marrakech a abrité dernièrement, rappellons-le, la foire 1-54 d’art contemporain africain. L’occasion pour plusieurs galeries de la ville de faire découvrir aux amateurs d’art de nombreuses expositions  d’envergure. Une aubaine pour découvrir de nouveaux projets artistiques.

Cette foire a sollicité divers artistes du continent Africain, émergents ou confirmés, à être exposés dans des galeries déjà existantes ou dans des espaces nouvellement ouverts à cette occasion.

Nous ferons ici le tour de deux espaces : La galerie « le Comptoir des Mines » dans le centre ville de Marrakech et Riad Yima de l’artiste photographe Hassan Hajjaj dans l’ancienne médina.

Oeuvres de Simohamed Fettaka à CM Galerie

« Traversées » ou « Crossings » au Comptoir des Mines Galerie

Après avoir déjà exposé individuellement deux séries « Chantier II » et « Le musée des ouvriers » au Comptoir des Mines Galerie, l’artiste Mustapha Akrim revient avec une nouvelle série « Killing machine » dans le cadre de l’exposition collective actuelle « Traversées » ou « Crossings », à visiter jusqu’au 10 avril prochain à Guéliz.

Installation de Mustapha Akrim à CM Galerie

« Killing Machine » est une installation lumineuse sous forme d’appareils anti-moustiques suspendus dans le noir dont chacun contient un symbole ou un mot. C’est une sorte de signalétique routière de couleur bleu qui fait référence à la problématique des migrants clandestins africains vers l’Europe et dont l’artiste a été témoin lors de sa résidence au Cameroun.

Toujours sous la même thématique « Traversées », le travail « Europe » de Youness Atbane est une continuité à celui de Mustapha Akrim. L’artiste questionne quant à lui l’idéal européen à travers des œuvres murales de la même couleur bleue.

Oeuvres de Younes Atbane à CM Galerie

Le travail « Vision collective » de l’artiste Abdelaziz Zerrou est tout autant lumineux , à travers une installation d’ampoules nommée « Lumières du Maroc » que l’on peut apercevoir à l’entrée de l’immeuble du Comptoir des Mines ainsi qu’un dessin du roi Mohammed V. Cet artiste revient à l’imaginaire populaire marocain et la question que tout le monde se pose « a-t-on réellement vu le visage du souverrain sur la lune ? » comme avancé lorsqu’il a été exilé en Corse. Ce projet nous rappelle aussi un peu « The Reflections of the Moon » d’une artiste égyptienne Nadia Mounier dont le travail a été exposé dans le cadre de la Marrakech Biennale 2016.

Installation de Mohamed Arejdal à CM Galerie

Mohamed Arejdal expose quant à lui « Trajectoires nomades » dont une installation des planches et la senteur de l’encens qui nous fait voyager d’une manière olfactive. Il y aussi « le champ » de Fatiha Zemmouri sous le titre « Jonction ». D’autre part et entre autres une carte géographique sous forme de zellige traditionnel sur peaux de mouton colorées de l’artiste Simohamed Fettakka. Par ailleurs, un jeu d’échec par Mariam Abouzid Souali. De la calligraphie arabe en koufi carré sur des circuits électroniques ou peaux découpées par Larbi Cherkaoui. Le passage piéton de Noureddine Tilsaghani, ainsi que les armoires rouillées et des boîtes brulées des migrants de Hassan Bourkia dont le projet est intitulé « Minuit de l’histoire ».

Oeuvres de Mariam Abouzid Souali à CM Galerie

« Mi Casa su Casa » au dernier étage du « Comptoir des Mines » galerie

« Mi Casa su Casa » ou « Ma maison est ta maison » en français est une exposition réalisée par l’artiste Hassan Hajjaj. Cette exposition occupe tout un appartement à l’étage du bâtiment du comptoir des mines.

Hassan Hajjaj « meuble » cette fois-ci avec son style pop toutes les pièces d’un appartement pour dépasser le salon de thé. Il crée ainsi un décor pour la cuisine, la salle de bain, la chambre à coucher avec sa propre touche désormais connue et reconnue au niveau national et international. Ce « chez lui » accueille aussi le travail de plusieurs autres artistes dont des jeunes photographes comme Youness Miloudi et Madiha Sebbani. Notons que « Mi Casa su Casa » est une installation qui restera en permanence à la galerie.

Pour la petite histoire, le Comptoir des mines est un endroit emblématique. Appelé « Lblassa » auparavant, ce bâtiment abritait les bureaux de la Marrakech Biennale. Au moment où il a été menacé de fermer définitivement, Hicham Daoudi (le fondateur de la Compagnie Marocaine des Œuvres et Objets d’art, CMOOA) est intervenu pour le sauver. Ce bâtiment étant il y a quelques années la propriété du comptoir des mines, son nom initial a donc été conservé.

Exposition photo de Yoriyas à riad Yima

« Casablanca not the movie » à Riad Yima

C’est dans l’ancienne médina au Riad Yima et à l’étage qu’une série appelée « Casablanca not the movie » est exposée jusqu’au 30 juin prochain. Il s’agit d’un travail du photographe street art Yassine Alaoui Ismaili connu sous le nom artistique de Yoriyas. Ce sont des photographies contemporaines de rue réalisées à Casablanca et dont quelques unes sont encadrées à l’ancienne.

L’espace étant déjà chargé de couleurs et d’objets, il peut paraitre difficile de se concentrer sur la nouvelle exposition. Par ailleurs, il est à noter que riad Yima est devenu depuis 2011 une boutique, un salon de thé et une galerie qui expose des objets d’art créés par son fondateur et artiste Hassan Hajjaj en collabotation avec l’artiste Abdelghafour Benbadryef.

Un article de Meriem Benmhamed

 

 

 

 


Commentaires fermés