En Lecture

10EME EDITION DU FIDADOC: LE FESTIVAL INTERNATIONA...

10EME EDITION DU FIDADOC: LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DOCUMENTAIRE A AGADIR

Extrait du film « Je n’aime plus la mer » de Idriss Gabel

Organisée par l’Association de Culture et d’Education par l’Audiovisuel, la 10ème édition du Festival International de film Documentaire à Agadir se déroulera du 19 au 23 juin 2018 dans la ville du Souss, avec pour ambition de célébrer le patrimoine du cinéma documentaire au Maroc et préparer son avenir.

Au fil des années,  le FIDADOC qui fête cette année son dixième anniversaire,  s’est imposé comme la référence à l’échelle nationale en matière de documentaire de création, et un rendez-vous incontournable pour toutes celles et ceux qui désirent écrire, réaliser ou diffuser des films documentaires au Maroc.

La sélection officielle du FIDADOC 2018 comporte une Compétition internationale de longs-métrages (10 films, 16 nationalités représentées), une Compétition de courts-métrages africains et arabes (5 films, 7 nationalités représentées) et de nombreuses séances spéciales (13 films) qui se dérouleront à la Municipalité d’Agadir (salle Brahim Radi), au Complexe municipal Jamal Addora (Université Ibn Zohr) et dans une dizaine d’autres espaces publics (centres culturels, établissements scolaires) et locaux associatifs.

Les films sélectionnés pour cette édition mettent à l’honneur des femmes de combat, à commencer par la marraine de cette 10ème édition, la réalisatrice Fatima Jebli Ouazzani et la militante des droits humains Latifa Ibn Ziaten.

Extrait de « 69 minutes of 86 days » de Egil Haskjold Larsen

Plusieurs films témoignent également des conflits armés qui bouleversent notre planète depuis des décennies (la Syrie et l’Irak aujourd’hui, mais aussi le Sri-Lanka et l’Algérie des années 90) et de leurs conséquences pour les populations, en particulier les migrations forcées à travers notre continent et vers l’Europe.

Le jury de cette manifestation sera composé de Sonia AHNOU (Algérie), Karim AITOUNA (Maroc), Dima AL-JOUNDI (Liban), Abdoulaye DIALLO (Burkina- Faso) et Jean-Louis GONNET (France).

Dix longs-métrages en compétition internationale parmi lesquels figurent « Aleppo’s Fall » de Nizam Najjar, « Amal » de Mohamed Siam, « Boxing Libreville » de Amédée Pacôme Nkoulou, « Demons in paradise » de Jude Ratnam, « Latifa, le cœur au combat » de Olivier Peyon et Cyril Brody, « Premières armes » de Jean-François Caissy, « Silent cells » de Mohamed Nabil, « Sur les pentes des collines » de Abdallah Badis, « The taste of cement » de Ziad Kelthoum, et « Terra Franca » de Leonor Teles.

En séance d’ouverture, sera projeté le film de Fatima Jebli Ouazzani « Dans la maison de mon père » (1997), et « 3000 » de Asinnajaq.

Extrait de « Rue de la victoire » de Frédérique Cournoyer- Lessard.

Coté Courts métrages, Le FIDADOC accueillera des réalisateurs d’Afrique et du monde Arabe que sont Louisa Salima Beskri avec son film « Bird » (Algérie), Leila N’deye Thiam avec « Chambre Numéro 1 » (République de Centre Afrique), Joëlle Abou Chabke avec « Pas de ports pour les petits bateaux » (Liban), Ayoub Aït Bihi avec « Simane, âme dans le ciel et âme sur la terre » (Maroc) et Mamadou Hady Diawara avec « Zbala » (Guinée).

La programmation du FIDADOC 2018 comporte aussi des focus sur la production récente de territoires exemplaires dans leur soutien en faveur du cinéma documentaire: Wallonie-Bruxelles, le Canada et le Québec, et la Norvège. L’occasion d’accueillir des délégations de professionnels désireux de construire des partenariats durables en matière de formations et de soutien à la création, sur le modèle de l’atelier « Produire au sud Agadir-Sahara » créé avec le Festival nantais des 3 Continents, dont la seconde édition accueillera cette année 12 porteurs de projets Marocains, Tunisiens, Algériens et Burkinabés, encadrés par 10 professionnels internationaux expérimentés en matière de coproduction internationale.

Extrait de « Dans la maison de mon père » de Fatima Jebli Ouazzani

Le festival rend hommage à la Belgique avec la projection de trois films: « Rester vivants » de Pauline Beugnies, « Je n’aime plus la mer » de Idriss Gabel et « Si tu étais dans mes images » de Lou Colpé, mais aussi à la Norvège avec « Nowhere to hide » de Zaradasht Ahmed et « 69 minutes of 86 days » de Egil Haskjold Larsen. Enfin un focus sera porté sur le Canada avec « Rue de la victoire » de Frédérique Cournoyer- Lessard.

« The man behind the microphone » de Claire Belhassine, sera présenté en cloture du festival;

Pour la 7ème année consécutive, la «Ruche documentaire» accueillera à Agadir une centaine d’apprentis cinéastes et de passionnés de documentaire de tout le pays.

Enfin cette 10ème édition se conclura sous le signe de l’amitié entre le Maroc et la Tunisie, d’une part avec l’annonce que les participants de l’Atelier Produire au sud «Agadir-Sahara» bénéficieront d’une seconde session de formation dans le cadre des Journées Cinématographiques de Carthage(JCC), en partenariat avec le Centre du cinéma tunisien (CNCI), d’autre part avec une soirée de cloture qui sera dédiée au chanteur tunisien feu Hedi Jouini ainsi qu’à la projection du film «The man behind the microphone» réalisée par sa petite-fille Claire Belhassine, accompagnée d’un récital de sa fille Afifa Belhassine.

 


Commentaires fermés