En Lecture

« A MON AGE JE ME CACHE ENCORE POUR FUMER »: UNE P...

« A MON AGE JE ME CACHE ENCORE POUR FUMER »: UNE PIECE FEMINISTE PORTEUSE DE MESSAGES

« A MON AGE JE ME CACHE ENCORE POUR FUMER » est une pièce de théâtre à succès, qui se produit au Maroc depuis 2013. A chaque représentation, face à une salle comble, le public exprime toujours le même enthousiasme.

A l’origine texte de l’algérienne Rayhana, ayant également donné lieu à un film, cette pièce est jouée à Paris depuis 2003. C’est en 2011 que Adil Madih, metteur en scène marocain, décide de réadapter le texte à l’origine destiné au public algérien, à un public maghrébin au sens large, toujours en Francais.

Depuis, plusieurs représentations ont lieu au Maroc chaque année.

« En tombant sur ce texte à Paris, j’ai eu un véritable coup de coeur. Je trouve qu’il est écrit avec beaucoup d’audace et de courage. C’est ce qui m’a plu. Il tombe aussi à pic avec les polémiques sur les droits de la femme », nous précise Adil.

Cette pièce féministe dénonce les injustices que peuvent connaitre les femmes dans un monde maghrébin machiste, où celles-ci sont souvent privées de leurs droits, et héritent parfois même d’une certaine pensée patriarcale.

« Nous sommes la seule troupe maghrébine à avoir joué le texte de Rayhana dans le monde arabe et j’en suis très fier », nous confie Adil Madih.

L’histoire se déroule dans un hammam, une sorte de « No Man’s Land », où des femmes se retrouvent pour refaire le monde et se plaindre de leur situation. « Neuf femmes, neuf destins entre rébellion, rêve ou soumission, qui peuvent échanger états d’âmes, confidences, rêves, colères, joies, coups-bas, petites mesquineries, parler de morale, de religion, ou encore de sexe ».

Le hammam devient alors un confessionnal, où loin des préjugés et de l’oreille masculine, des femmes se confient les unes aux autres. Le public découvre ainsi les détails intimes de leurs vies. Elles sont habillées de la même manière, afin d’abolir toute frontière ou statut social.

Le spectacle commence avec une tragédie de la petite Myriam qui tombe enceinte hors mariage. Cet évènement constitue alors le pretexte pour denoncer le mal être et malaise social que ces femmes vivent au quotidien.

Ainsi, dans une société patriarcale de haine et de violence où la femme est considérée comme un objet sexuel, le hammam permet de denouer les langues et de dénoncer les injustices auxquelles elles font face.

« Lorsque nous avons joué la pièce pour la première fois, j’ai été agréablement surpris par l’accueil chaleureux du public marocain, car c’est un texte porteur de vérités qui blessent. On y trouve aussi de la violence verbale et certaines scènes qui peuvent paraitre osées. Mais le public apprécie cette audace de dire ce qui fait mal », ajoute le metteur en scène.

Grace à la finesse du texte, de sa mise en scène et du jeu d’acteurs, ce spectacle à la fois drôle et profond, capte notre attention du début à la fin. Il sera joué prochainement à Casablanca.

Parmi les projets de Adil Madih, monter le spectacle « A mon âge, je me cache pour fumer » en arabe darija afin de toucher un public plus large, mais aussi organiser une tournée nationale sous réserve de sponsors car c’est une pièce jusqu’a présent autofinancée.

D’autres projets théâtraux, autour de la femme, sont en cours d’étude avec la même troupe.

 

« A MON AGE JE ME CACHE ENCORE POUR FUMER »

Un texte de Rayhanna

Scénographie et mise en scène:

Adil Madih

Casting:

Myriam: Nada Benjelloun / Fatima: Meriem Barrada / Samia: Nezha Regragui / Louisa: Nada Benjelloun / Latifa: Dounia Berrada / Nadia: Selma Sentissi / Aicha: Hayat Aabik / Zaya: Berengère Daguet / Mme Mouni: Nisma Benjelloun


Commentaires fermés