En Lecture

EQUATIONS NOMADES: UN FESTIVAL CULTUREL À DESTINAT...

EQUATIONS NOMADES: UN FESTIVAL CULTUREL À DESTINATION DE LA JEUNESSE MALIENNE

Des ateliers de transmission dirigées par de nombreuses femmes pour cette édition 2019

Par la culture, Le festival Équations Nomades s’ancre dans une démarche participative et favorise des projets artistiques et culturels innovants.

Il s’agit d’un espace de création fédérateur qui cherche à favoriser les échanges artistiques, entre artistes, mais aussi entre les artistes et le public; et ce avant pendant et après le festival.

Le projet a été présenté avec succès pour la première fois en 2016 à Paris, au Centre Culturel Américain, autour de la calligraphie arabe, en présence du plus grand calligraphe vivant Hassan Massoudy, parrain de l’édition parisienne. La musique y dialoguait avec la danse, la photographie, la peinture et la calligraphie, avec une participation vive du public constitué d’adultes et d’enfants (ateliers et performances live arts-plastiques).

Depuis 2017, le projet est accueilli à Bamako avec le soutien de l’UNESCO, permettant à une soixantaine d’enfants venant de différentes régions du Mali de bénéficier de formations dans des domaines artistiques variés, une opportunité pour eux de se découvrir et découvrir des artistes venus du monde entier, mais aussi de leur offrir un espace de participation et de création aux expressions plurielles, nourri de leurs propres inspirations.

Ilham Mirnezami, Co-Fondatrice du festival  « Equations Nomades »

Le festival revient cette année avec une thématique impactante, plaçant la jeunesse Malienne au coeur de ses préoccupations : « L’entreprenariat culturel et la création contemporaine, des défis majeurs pour la jeunesse ».

En axant sur la création contemporaine et l’entreprenariat, « Equations Nomades » souhaite amener la jeunesse sur le riche cheminement de la création contemporaine en mettant dans leurs mains tous les outils fiables de développement d’Industries culturelles pérennes.

Enfin, plusieurs actions caritatives sont au coeur du projet pour soutenir entre autre les orphelinats de Bamako, les femmes et enfants en situation précaire par le biais de formations pérennes afin de préserver leur droit à la participation et à l’expression artistiques et culturelles.

A la veille du lancement de la 3ème édition du Festival Equations Nomades qui se déroule à Bamako jusqu’au 20 Janvier, nous avons rencontrés Ilham Mirnezami, consultante culturelle et Co-fondatrice du festival.

1- Comment vous ai venu l’idée de créer le festival Equations Nomades?

Comme dans tout élan, il y a une rencontre à l’origine. Suite à ma rencontre avec Elsa Vautrin, Co-fondatrice du projet, nous avons eu l’idée de créer Equations Nomades alors que nous étions étudiantes à l’EAC de paris. Un soir, en sortant d’une pièce de théâtre, nous avons passé la nuit à échanger sur ce festival en devenir. C’est très troublant car nous avions les mêmes idées que nous tentions de développer chacune de notre coté.

La même année, nous avons rencontré Ali Daou Kola à l’EAC de paris. Cette rencontre a tout accéléré. Six mois plus tard, nous montions le projet à Bamako où vit Ali.  Celui-ci avait l’ambition d’apporter de l’espoir à la jeunesse malienne à travers la culture et l’éducation artistique.

Sous son impulsion et celle des partenaires tels que le ministère de la culture, l’UNESCO, l’UNICEF, l’institut français du Mali, l’ambassade de France, des enfants de toutes les régions du Mali sont formés chaque année dans diverses disciplines. De nombreux artistes se rencontrent à Bamako et créent ensemble. C’est stimulant et exaltant. Des rencontres qui donnent lieu à des moments incroyables d’échange.

2- Si vous deviez décrire Equations Nomades en quelques mots et nous dresser son objectif…

Transversalité, rencontre, diversité culturelle, partage, paix.

La ligne éditoriale d’Equations Nomades est nourrie d’une ambition de partage et de promotion de paix en en favorisant l’échange artistico-culturel, entre artistes, entre artistes et formés, entre artistes et publics invités.

Le fil conducteur est le dialogue interculturel comme vecteur de rapprochement des peuples et des cultures.  Dans le cadre d’ateliers éducatifs, Equations Nomades se nourrit des inspirations du formateur et des jeunes formés. Chaque atelier créée opère ainsi. Les jeunes sont acteurs du moment partagé. Il ne s’agit plus d’un cours mais d’un moment de partage et de mixité.

Concernant la photographique par exemple, il ne s’agit pas de photographie pure, il s’agira de regards des jeunes sur leur ville, sur leur traditions, sur leur essence.

Tout est dialogue, tout est rencontre. L’art est le moyen, ils sont la matière qu’ils puisent au fond de leur être, d’où l’émotion et la sensibilité qui émanent de ces échanges.

3- Pouvez-vous nous parler du rôle éducatif du festival pour la jeunesse Malienne?

Equations Nomades stimule les jeunes en leur apportant un contenu complet en terme d’éducation artistique. De plus, ils rencontrent des artistes issus de différentes cultures et pratiques. C’est une réelle ouverture sur le monde qu’ils découvrent.

Tous les jeunes sont visés par le festival, que ce soit des jeunes en voyage au Mali, des jeunes des villes périphériques,  des jeunes de Bamako ou encore des jeunes venus d’ailleurs.

L’idée est de créer de la mixité dans ce public de jeunes, c’est une des caractéristiques majeures d’Equations Nomades. Cela permet aux jeunes de faire des rencontres et d’apprendre des autres.

Ils sont conviés à venir profiter gratuitement des activités et des concerts se tenant dans divers lieux de la capitale malienne. Ils vivent des moments de partage intenses.

4- Le festival voit cette année la participation de plusieurs artistes marocains. Pourrait on imaginer un festival similaire au Maroc?

Nous aimerions renforcer les échanges entre le Maroc et le Mali. L’un des projets est de créer une réplique du programme au Maroc. Il y a aussi la volonté de partager cette expérience en France dans le cadre de La saison Afrique 2020.

5- Quelles sont les nouveautés pour cette édition 2019?

Pour 2019, la nouveauté est que le festival est résolument tourné vers la jeunesse. La scène leur est offerte. Ils vont pouvoir s’exprimer à travers divers médiateurs artistiques et  interroger la notion de création contemporaine en la confrontant à leur héritage ancestral. Comment créer en explorant leur riche tradition avec des composantes et esthétiques modernes? Telle est la question soumise aux jeunes cette année.

6- Pourquoi avoir choisit le Mali ?

Il y a une esthétique commune que nous partageons Elsa, Ali et moi qui est celle de la transversalité et de la diversité culturelle comme vecteurs de développement et de promotion de la paix.

Dans un pays comme le Mali, où la plus part des conflits trouvent leur racine dans cette multitude de langues et d’ethnies antagonistes, il nous a semblés primordial de développer ce message dans cette terre.

Nous avons fait venir des enfants de toutes les régions du Mali (Kidal, Ségou, Tombouctou, Mopti, Gao, etc.) en leur donnant accès à des formations artistiques auprès de grands artistes afin de leur montrer que dans l’art et la culture, tout est partage mais surtout que nous sommes tous semblables.

Plus d’informations sur la Page Facebook: Equations Nomades

PROGRAMME


Commentaires fermés