Exposition Collective « AKAL – ARGILES » – Carte Blanche à Fatiha Zemmouri

Oeuvre de Younes Atbane

« Pour sa huitième exposition « Carte blanche », la Fondation CDG accueille cette année jusqu’au 17 Novembre 2018,  l’artiste Fatiha Zemmouri qui interroge à cette occasion la « matière terre » ; « Akal » en berbère, à travers son état, sa texture et sa plasticité en compagnie de ses artistes invités : Youness Atbane, Mustapha Azeroual, Soukaïna Aziz El Idrissi et M’Barek Bouhchichi.

« Akal » est la matière de l’origine, mais aussi celle de la fin. Elle serait le matériau premier, le matériau originel de l’art lui-même. Dans cette exposition, l’artiste donne corps à la terre ou à l’argile, en lui offrant plusieurs visages, mais aussi plusieurs chefs d’œuvres où elle place ce matériau au cœur de son processus créatif au côté d’autres corps naturels ou transformés.

Fatiha Zemmouri a spontanément orienté son choix sur quatre artistes de talents qui se sont engagés à associer la terre (ou l’argile) dans leurs démarches créatives pour la production des œuvres présentées dans cettee exposition.

L’exposition « Akal » présente ainsi une sélection d’œuvres que les artistes ont réalisées spécialement pour cette exposition, durant l’été 2018. Fatiha Zemmouri a ainsi lancé un challenge aux artistes parrainés en leur demandant de sortir de leur zone de confort et de réaliser des œuvres en terre. C’était nouveau pour la plupart d’entre eux qui ont réussi à nous présenter ici des œuvres d’art en céramique d’une grande originalité, où l’on peut découvrir ce dialogue entre l’approche technique de chaque artiste et la matière terre utilisée. »

(Texte de Dina Naciri – Directrice Générale de la Fondation CDG)

Oeuvre de Mustapha Azeroual

« Plutôt que d’être dans le choix d’une thématique, j’ai préféré laisser une grande marge de manœuvre quant à la démarche de chacun en choisissant plutôt une matière commune et en demandant aux artistes de proposer une œuvre en argile en résonance avec leur travail.

Redonner de la vigueur aux gestes fondamentaux, au potentiel onirique des matières élémentaires, la terre, le feu, l’eau et l’air. L’argile devient ici le symbole de l’effort de l’artiste et de son travail sur sa propre matière en résonance avec le monde.

Un pari poétique que relèvent les quatre artistes intimes de la matière que je suis heureuse de présenter :

M’barek Bouhchichi a choisi de travailler ici sur l’idée de réécrire une histoire imaginaire en travaillant avec des débris de poterie ramassés au fil de ses promenades. Près de 80 objets récupérés, moulés et réassemblés sur la trame d’une archéologie intime.

Mustapha Azeroual présente ici un travail parti des gravures rupestres de l’Oukaimeden, reproduites sur de grands disques en céramique qu’il a utilisés comme des matrices d’impression, faisant lien avec ses études photographiques du soleil et de la lumière.

Youness Atbane est parti d’un souvenir d’enfance dans l’atelier de potier de son oncle dans la région de Safi pour aborder son projet, fasciné par la production de nombreuses statuettes et bustes cachés à la vue des clients dans des remises poussiéreuses, et ne faisant l’objet que de productions secrètes.

Soukaina Aziz El Idrissi propose Un travail qui s’inscrit avec justesse dans son engagement pour une conscience environnementale. Avec elle, les déchets plastique prennent une autre dimension.Elle transforme ici la matière organique et l’œil qui sait s’y arrêter appréciera cette texture imaginaire qui ne distingue plus l’argile du plastique.

Je trouvais intéressant de proposer un autre regard sur les possibilités de ce matériau, souvent confiné au monde de l’artisanat, de découvrir comment chacun allait trouver dans le geste les mots justes pour traduire son langage, comment ces artistes de la jeune génération choisiraient de faire parler cette matière élémentaire, malléable et résistante à la fois, souvent capricieuse avant la cuisson et ne manquant pas de surprises, même après l’épreuve du feu.

Tous les travaux en terre ont été réalisés spécialement pour le projet avec la collaboration étroite de trois artisans potiers de la région d’Ourika, Abderrahim, Aziz et Khaled que je remercie vivement pour leur implication et engagement. »

(Texte de Fatiha Zemmouri)

 

 

Date

Sep 28 2018 - Nov 17 2018

Heure

10:00 AM - 06:00 PM

Tarif

Entrée libre

Étiquettes

Art_contemporain

Lieu

Espace Expressions CDG
Rabat
Catégorie
Fondation CDG

Organisateur

Fondation CDG
Téléphone
Rabat

Commentaires fermés