En Lecture

GNAOUA FESTIVAL TOUR: A LA RENCONTRE DES PUBLICS D...

GNAOUA FESTIVAL TOUR: A LA RENCONTRE DES PUBLICS D’ESSAOUIRA, MARRAKECH, CASABLANCA, ET RABAT

Un retour itinérant du festival GNAOUA sous le signe de la fusion.

Le GNAOUA FESTIVAL TOUR ira à la rencontre des publics d’Essaouira, Marrakech, Casablanca et Rabat
Du 3 au 24 juin 2022

Après deux ans d’absence due à la pandémie, et puisque les conditions actuelles ne permettent toujours pas l’organisation de la 23e édition, le festival, dèle à son esprit si singulier, se réinvente une fois encore et devient le Gnaoua Festival Tour. Cette caravane musicale sillonnera le Maroc durant tout le mois de juin pour aller à la rencontre de son dèle public à Essaouira, Marrakech, Casablanca et Rabat. Et à chaque ville, ses propres concerts : 12 concerts à Essaouira, 9 à Casablanca, 5 à Rabat et 5 à Marrakech.

4 escales pour cette caravane musicale aux couleurs du Festival : de la tagnaouite la plus pure et des fusions toujours plus audacieuses.
Car le maître mot du Gnaoua Festival Tour est la fusion.

Fusion tout d’abord avec le public

Le Gnaoua Festival Tour a été pensé pour aller au plus près des acionados. Et puisque le festival est reconnu comme un phénomène trans-générationnel, les concerts et les lieux ont été pensés pour répondre aux attentes de tous, jeunes et moins jeunes : des espaces en plein air, des salles de spectacle, des lieux conviviaux pour permettre au plus grand nombre de retrouver la magie du Festival. Cette tournée se tiendra selon les jauges qui seront autorisées et les conditions d’accueil du public en vigueur. Car il est essentiel de maintenir le lien entre le festival et son public et de continuer à porter un message d’espoir et sans relâche consolider le lien social. A Essaouira, place El Menzeh et à Dar Souiri les 3 et 4 juin. A Marrakech, au Megarama et au Centre Les Étoiles de Jamaa El Fna les 9 et 10 juin. A Casablanca, au Stade Mohammed V et à l’Uzine les 16, 17 et 19 juin. Et à Rabat, au Théâtre national Mohammed V et à La Renaissance les 23 et 24 juin.

Pendant deux jours, les 3 et 4 juin, Essaouira revêtira son plus bel habit, celui de capitale de la tagnaouite. Ce sont onze des maâlems les plus réputés de la belle Mogador qui donnent rendez-vous au public pour des prestations de fusions musicales hautes en couleurs et des concerts du pur répertoire Gnaoua, lors de douze concerts, Place Moulay El Hassan et à Dar Souiri. Honneur d’abord à l’Afrique avec une fusion très attendue. Le Malien Vieux Farka Touré, surnommé le « Hendrix du désert », cador de la collaboration musicale, retrouve avec son trio le maâlem le plus habité par les musiques africaines, Abdeslam Alikane, accompagné par le ribab d’Aziz Ouzouss, chantre de la culture amazighe pour un concert tout en douceur et harmonie.

Mais le jazz n’est pas en reste : celui qui a révolutionné et redé ni le potentiel artistique de son instrument, la basse, et qui depuis les années 70 sillonne le monde et joue avec les plus grands, Jamaaladeen Tacuma, accompagné de Ronnie Burrage à la batterie et Kelvyn Bell à la guitare partageront la scène avec le maâlem à la voix ensorcelante Saïd Boulhimas. La famille Guinea sera là en force, lors de deux concerts : le maâlem Moktar et son projet Gnaoua Soul et le maâlem Houssam en fusion avec pas moins de six musiciens talentueux, ûtiste, guitariste, chanteurs… Douze concerts, dont 5 fusions, 6 concerts Gnaoua et 1 concert Issaoua. Sans oublier la traditionnelle parade d’ouverture.

La ville ocre reprendra le ambeau, le 9 juin au Mégarama, en honorant le public de la présence de deux des plus grands maâlems Gnaoua. Abdelkebir Merchane et Mustapha Baqbou qui monteront sur scène, dans un premier temps, présenter une partie du répertoire le plus pur de l’art Gnaoua. Ces deux grands maâlems seront rejoints sur scène par une pléiade de musiciens, qui ont en commun l’énergie et la passion : l’envoûtante Hindi Zahra, le saxophoniste hors norme haïtien Jowee Omicil, le sénégalais Cheikh Diallo avec sa kora et son clavier, Yaya Ouattara le magicien percussionniste burkinabé, le guitariste virtuose sénégalais Hervé Samb, le batteur algérien Karim Ziad passeur de ponts musicaux. Le 10 juin sera fusionnel lui aussi, mais aux couleurs marocaines. Le maître Gnaoua d’expérience, Abderrazak El Hadir, invitera au partage trois musiciens de la nouvelle génération, au Centre Les Étoiles de Jamâa El Fna. Marrakech abrite cinq concerts, 2 fusions et 3 concerts Gnaoua.

Pour CASABLANCA, le Gnaoua Festival Tour a choisi l’énergie et le métissage pour 3 jours de fête. Les 16 et 17 juin, l’esplanade du stade Mohammed V sera un terrain de jeu 100% musical. A l’image du concert du 16 juin : le Maâlem Hassan Boussou, adepte expérimenté du métissage et de la fusion, invite sur scène le folk singer anglais Piers Faccini, la gardienne du temple de la chanson marocaine Soukaina Fahsi, et deux passionnés des musiques du monde, le batteur percussionniste Cyril Atef et le multi instrumentiste Malik Ziad. Et le 17 juin, c’est un véritable tourbillon musical avec deux concerts fusion aux mille volts. Pour commencer la soirée, Le Maâlem Ismail Rahil rejoindra le voyage hypnotique du Trio Assala mêlant jazz, arabo-andalous et les rythmes du sud Maroc, trio formé par le batteur Karim Ziad, le pianiste virtuose Omri Mor et par celui qui est considéré comme la relève de la tradition gnaouie au Maroc, Mehdi Nassouli. Le tout rehaussé par le saxophone de l’iconoclaste Jowee Omicil. Et pour clôturer ce vendredi électrique, une fusion de deux continents en apothéose : les rythmes gnaoua du Maâlem Khalid Sansi, gure de la relève Gnaoua à Casablanca, et les rythmes cubains de CimaFunk, cet artiste à l’univers unique et rafraîchissant, qui a redé ni la musique cubaine contemporaine ainsi que l’identité afro-latine et la fusion des cultures noires. Gnaoua Festival Tour à Casablanca, ce sont bien d’autres surprises et de pépites musicales : neuf concerts dont 4 fusions, 3 concerts Gnaoua et 2 concerts 100% énergie. Les 16 e 17 juin, Esplanade Stade Mohammed V et le 19 juin à la Fondation Touria & Abdelaziz Tazi (L’Uzine).

A Rabat, le jazz prouvera une fois de plus qu’il est l’invité privilégié des Gnaoua. Car quand le jazz est là, le guembri s’exprime, s’épanouit et la magie naît ! C’est un concert très spécial que le Gnaoua Festival Tour présentera au Théâtre National Mohammed V, le 23 juin. Avishai Cohen, considéré comme l’un des piliers du jazz contemporain, contrebassiste et chanteur talentueux, compositeur de génie et son Trio rencontrera sur scène le maâlem au charisme ensorcelant, Hamid El Kasri, emportés par le saxophone et l’accordéon des jazzmen Émile Parisien et Vincent Peirani, et la douceur tout en profondeur de la chanteuse marocaine Nabyla Maan. Un pur moment de bonheur en perspective… Le blues s’invitera aussi à Rabat le 24 juin, mais un blues métissé et profond avec le Majid Bekkas Afro-Gnaoua Blues Band, au cinéma La Renaissance. Le Gnaoua Festival Tour clôturera sa tournée à Rabat avec cinq concerts / 2 fusions, 2 concerts Gnaoua et 1 concert de pur jazz sur deux jours les 23 et 24 juin.

Plus de 150 artistes, venus de près de 15 pays, donneront libre cours à leur talent et viendront partager avec le public leur passion de la musique, sans frontières, et recréer la magie du Festival lors de 30 concerts inédits. Une invitation au voyage, à la communion, et l’occasion de célébrer dans la joie l’inscription de l’art Gnaoua au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Lors de chacune des étapes, les concerts seront organisés dans le strict respect des conditions sanitaires et de sécurité́ décidés par les autorités gouvernementales et locales.

 


Commentaires fermés