En Lecture

LE CINEMA UNIVERSEL DE WADII CHARRAD

LE CINEMA UNIVERSEL DE WADII CHARRAD

« Yoon », c’est le nom du dernier court métrage que nous offre à contempler Wadii Charrad, primé au dernier festival national du film de Tanger, et signant sa participation dans plusieurs festivals d’Europe et d’Asie. Un univers cinématographique fort atypique…Une Lumière tamisée combinée à un jeu d’acteur d’une extrême sensibilité, qui nous transporte au cœur d’une histoire d’amour tumultueuse.

Le film se passe en Corée du Sud, mais relate d’un sujet universel, qui pourrait dès lors se dérouler dans toute autre partie du globe….

Des moments de silence aussi forts que les instants de tension que nous vivons en tant que spectateurs au cœur de ce ménage mixte (Corée – Mexique), dont l’habitude a fini par transformer la passion amoureuse en un déchirement profond….

Wadii Charrad met le doigt sur une relation cruciale, celle de la vie de couple et de ses aléas….Nous sommes transportées d’une vie de couple sereine vers son explosion…. En d’autres mots, la fin de ce qu’on pourrait qualifier d’euphorie amoureuse. « C’est une chose difficile à exprimer mais que nous pouvons tous être amené à vivre à un moment donné dans nos vies» précise le réalisateur.

Dans des moments de silence, filmés avec brio , les visages parlent d’eux même, sublimés par un profond regard exprimant tantôt la passion amoureuse, tantôt le désarroi signant la mort lente du couple…

Le téléphone à peu à peu remplacé la parole, le regard, le sourire, ou encore la complicité, unissant deux être aimés….

Une sobriété des décors au cœur d’un milieu urbain enveloppé d’une thématique universelle, s’adressant dès lors à tout un chacun, indépendamment de notre culture ou de notre identité…

Wadii place avant tout l’humain au cœur de son univers cinématographique…De Là où il se trouve, L’Homme est amené à vivre les mêmes problématiques sentimentales….Ce n’est pas par hasard si l’histoire se déroule au cœur du quotidien d’un couple mixte…

Largement imprégné par la culture asiatique, c’est en Corée du Sud que Wadii décide de tourner son dernier court métrage…Un film en langue Coréenne, dont les symboles asiatiques placent le décor de manière subtile. Le réalisateur fait notamment allusion à la culture du port du masque, ou encore à celle du rituel alimentaire autour des nouilles.

Un film qui suscite d’emblée un ascenseur émotionnel, passant du bonheur à la tristesse, de la sérénité à la tension.. l’émotion est ainsi au cœur de ce court métrage à la fois intemporel et universel…

 

 


Commentaires fermés