En Lecture

ZAKARIA AIT WAKRIM: LE PRODIGE DE LA PHOTO

ZAKARIA AIT WAKRIM: LE PRODIGE DE LA PHOTO

Ingénieur de formation, Zakaria Ait Wakrim, est un jeune photographe de plus en plus présent sur la scène artistique marocaine.

Il découvre la photographie il y a dix ans de cela, lors de son cursus universitaire en Espagne, une passion à laquelle il se consacre aujourd’hui à plein temps.

« Tout a commencé par un défi que je me suis lancée avec une amie qui étudiait histoire de l’art à la Sorbonne. Je voulais lui prouver que l’on pouvait faire ressortir d’incroyables couleurs « naturelles » à travers la photographie par le biais de l’utilisation de l’infrarouge » précise l’artiste.

©Zakaria Ait Wakrim

De ce travail découle une première série photo, « Irologie », une étude perceptuelle qui vise à décentraliser l’autorité esthétique. N’aimant pas les cartes postales clichées du Maroc, il souhaite alors montrer les paysages du royaume notamment ceux du désert sous un autre angle, à partir de l’infrarouge.

Photo Extraite de la série « Irologie »

« La magie de la photo est que celle ci marque le temps, nous la faisons appartenir au passé. Elle est aussi thérapeutique puisque c’est un moment d’intériorisation du passé » dit-il en référence à sa deuxième série « Meanwhile », qu’il qualifie de « Noire » car reflétant l’angoisse ressentie lors de ses années universitaires.

Photo Extraite de la série « Meanwhile »

A travers sa troisième série, AMARG, il met en lumière les tribus berbères du Sud Ouest, déconnectées du monde moderne, vagabondes et isolées. Cette série appelant  à un questionnement identitaire de Zakaria Ait Wakrim, place l’humain au cœur de paysage, « l’homme devenant lui même paysage » nous précise l’artiste. Les recueils sociologiques de Mohammed Khir Eddine, favoriseront son inspiration pour cette série. Sa quatrième série, AMOUDOU (autour du voyage), en est la continuité.

Photo extraite de la série « Amarg »

 

Photo extraite de la série « Amoudou »

Il ajoute: « J’ai toujours cherché à ce que l’homme réagisse au fait de l’observer au moment ou je décide de le prendre en photo. Il est important que je capte son regard, comme si je faisais partie intégrante de la photo ».

Les séries « Mutatio » et « Annexes » (série en infrarouge) quant à elles, s’intéressent aux alentours de Casablanca, et touchent à une thématique sociale liée au changement brutale qui peut s’opérer dans le développement d’une ville, marquant ainsi le contraste entre le monde agricole et les nouveaux projets immobiliers qui poussent à grands pas.

Photo extraite de la série « Annexes »

Enfin, la série « Swimming after chemo » est une rétrospective d’un combat contre la maladie du cancer, vécue par le père du photographe. Il souhaite ainsi à travers cette série, démocratiser la photographie s’agissant de maladies.

Photo extraite de la série « Swimming after chemo »

En dix ans, Zakaria Ait Wakrim, qui se considère comme « un photographe émergent », produit 10 séries. Il a ce don d’observer attentivement les choses, comme source d’inspiration de ses projets photographiques. « Pour créer, j’ai besoin d’être touchée et ému par les choses qui m’entourent » nous précise t il.

« La photographie est une digestion intérieure de multiples choses qui nous sont arrivées dans la vie, mais que nous souhaitons exprimer par autre chose que les mots. c’est un moyen de réflexion » ajoute il.

Ses inspirations sont nombreuses, à savoir les travaux du photographe New Yorkais William Klein, , Nan Goldin, William Eggleston, ou encore le photographe américain Larry Clark, qui le fascinent.

William Klein, Gun 3, New York, 1954

 

By Nan Goldin

Zakaria Ait Wakrim a participé à de nombreuses expositions au Maroc, telles que le festival « Rabat Résonances » qui s’est déroulé en Avril dernier, dans le cadre des nombreuses manifestations culturelles qui ont placé « Rabat, Capitale Africaine » ou encore l’expo collective des rencontres photographiques de Rabat sous le thème « Espace public – Espace privé », à l’espace Expressions CDG & la galerie Bab Rouah, qui s’est clôturé le 20 juin dernier . D’autres projets sont à venir.


Commentaires fermés