En Lecture

ZIAD NAITADDI: « LA PHOTOGRAPHIE, REFLET DE L&rsqu...

ZIAD NAITADDI: « LA PHOTOGRAPHIE, REFLET DE L’ÂME HUMAINE »

Les photographies de cet article sont issues de la série « Untitled Morocco » de Ziad Naitaddi

Portrait de Ziad Naitaddi Credit photo @Thierry Olivier

Ziad Naitaddi fait partie des photographes au talent indéniable. Son œuvre photographique si singulière suscite d’emblée une grande émotion.L’humain est au cœur de la démarche artistique du photographe et de ses interrogations.

Ce noir et blanc, doublé de brouillard apporte un coté intemporel au cliché, qui apparaît dès lors comme une image cinématographique des années 60. Au cœur de la série « Untiltled Morocco », les personnages que l’on aperçoit toujours de dos, nous poussent au questionnement…

Ce n’est pas par hasard si les œuvres apparaissent comme telles…Naitaddi, fortement inspiré par le cinéma d’auteur, notamment Russe ou encore Hongrois, était prédestiné à une carrière de réalisateur….

Il est notamment fasciné par le film « Le miroir » d’Andrei Tarkovsky qui constitue pour le photographe une référence artistique majeure, ou encore la filmographie de Béla Tarr.

Il se dirigera finalement vers la photographie, et commencera à capter à travers son regard, les scènes qu’il imagine filmer…Concrétiser visuellement son rêve de cinéaste, tel est son premier objectif, qui lui fera découvrir le monde passionnant de la photographie…

Il se retrouve dès lors face à ses clichés, reliés inconsciemment par ce qu’il nomme le « fil conducteur émotionnel ». Du Maroc au Sénégal (13ème biennale de Dakar), en passant par la France, il participe à de nombreuses expositions ainsi qu’une résidence de création au centre d’art contemporain photographique Villa Pérochon, qui sera déterminante dans le développement de sa carrière de photographe.

C’est au Maroc, sa terre natale, que Ziad Naitaddi parcours son appareil à la main, les êtres et les paysages…Il choisit le noir et blanc de manière instinctive, mais cela devient très vite pour lui un moyen d’exprimer l’émotion ou de mettre en lumière le sujet de manière plus intense…Ce qu’il qualifie de « connexion émotionnelle invisible » constituera le point central de son travail artistique.

Nous nous sommes intéressés à « Untitled Morocco », la première série photographique réalisée par l’artiste, pour la profondeur de son récit, qui ne peut nous laisser indifférent. Elle nous plonge dans un univers cinématographique, teinté de froideur émotionnel, entre une vision noire du futur, et une nature humaine grisonnante.

Etroitement liée au vécu de l’artiste, cette série se veut comme un acte de réflexion et de contemplation, autant du point de vue de l’artiste que celui du spectateur.

Une forme de résistance que le photographe s’est imposé vis à vis de lui même, au moment où il désirait quitter sa terre natale, à la recherche d’un monde meilleur, celui qu’il visionnait dans les salles de cinéma. Et si nous arrivions à créer nous même notre propre monde, de la où nous sommes ? L’histoire d’un film n’est elle pas finalement universelle, totalement independante du lieu géographique ?

Autant de questionnements personnels qui habitent l’artiste et qui le poussent à réaliser ses clichés au Maroc, dans un environnement propice à la créativité. Cet environnement dont il maitrise l’histoire et ses caractéristiques. C’est donc à Salé, sa ville natale, que la série « Untilted Morocco » née et grandit.

La série peut être perçu comme un autoportrait de l’artiste, à travers différents personnages qui défilent de dos…Le visage invisible aux yeux du spectateur pousse à la réflexion…Une manière de refléter l’âme humaine dans sa globalité, sans pour autant y voir un regard, un sourire ou une larme…

Le pouvoir de  l’imaginaire prend alors tout son sens, pour nous mener dans une quête sans fin, celle de l’état d’âme et de ses interrogations…

Se décrivant à travers ses œuvres, Ziad Naitaddi puise dans son propre intérieur. Ses photographies reflètent son âme…

Hantée par les réflexions sur la nature humaine, c’est dans ses moments de solitude que les idées viennent à lui, chargées de vécu, d’émotion, et de questionnements personnels sans fin…

Reflet de son âme, l’œuvre photographique de Naitaddi se lit comme son propre miroir…Un acte de réflexion et de remise en question, où le spectateur s’identifierait en toute simplicité pour questionner l’invisible : la profondeur de l’âme humaine.

L’artiste nous prouve que La photographie n’est pas seulement une image figée…Celle-ci s’étend de l’âme humaine à la contemplation de la société en passant par toutes sortes d’interrogations.

En cherchant à dépasser ses propres limites, Ziad naitaddi nous offre à contempler une œuvre profonde et touchante, en rendant visible l’invisible.

Actuellement en résidence au « Kube- Indépendant Art Room » à Rabat, le Photographe travaille sur le troisième volume de sa recherche autour de la migration interieure, tournée vers la construction de l’identité. Un projet entamée en 2020, dont le premier volume a été exposé au Mahal Art Space à Tanger. Le troisième volume objet de la résidence au Kube, met en lumière la détérioration de l’âme humaine ainsi que de l’état physique et mental chez l’homme, au fur et a mesure de la construction de son identité…A découvrir très prochainement.

 


ARTICLES SIMILAIRES

Commentaires fermés